Humankind Wellbeing
Formatrice à Chambéry
Humankind Wellbeing

La vitamine D3 -partie i

20 Nov 2022 Andréa Fernández Indulsky vitamine D3

Bonjour,

 

Dans cet article on parle de la vitamine D3.

Elle travaille en hétérodimère avec la vitamine A. C’est-à-dire que dès qu’il y a une réduction de la vitamine D3 il y a un risque de carence de vitamine A.

Ces deux vitamines font partie de la famille des récepteurs nucléaires ou PPARS, qui aident à contrôler l’ADN.

Les niveaux de vitamine D3 sanguine doivent être entre 70ng/mL ou 100-120 nmol/L. Si le niveau se trouve en-dessous, cela pourrait être dû aux raisons suivantes :

·        Présence de parasites intestinaux (vers, oxyures…)

·        Candida

·        Leaky gut ou hyper perméabilité intestinale

·        Une anémie ferriprive car pour convertir les rayons solaires en vitamine D3 il faut qu’il y ait une activation hépatique et rénale fer-dépendante connue comme hydroxylation. On va dire que la carence en fer s’avère quand le fer sérique se trouve en dessous de 70-75 μg/dl chez les hommes et en dessous de  50-150 μg/dl chez les femmes. Ainsi, l’anémie ferriprive s’avère aussi quand la ferritine (la protéine de stockage du fer) est en dessous de 35 ng/mL pour la femme et 60 ng/mL pour l’homme. D’autres paramètres peuvent jouer pour le « diagnostique » de l’anémie comme le paramètre de CRP ultra-sensible, la transferrine (la protéine qui transporte le fer), le coefficient de saturation. Sans fer, il n’y a pas de conversion ni utilisation de la vitamine D3 ni conversion des acides aminés comme la tyrosine et le tryptophane en dopamine et sérotonine.

·        La présence d’une inflammation chronique de bas grade, c’est-à-dire une inflammation au niveau intestinal.

·        Une inflammation systémique.

·        Une hyperinsulinisme hyperglycémie (glycémie au-delà de 0.95g/L)

·        Un foie gras, car la vitamine D3 subit une hydroxylation (processus biochimique fer-dépendante) au niveau du foie

·        Des perturbations rénales, car la vitamine D3 subit la dernière hydroxylation (processus biochimique fer-dépendant).

Le mieux est de mesurer les taux sanguins de vitamine D3 avant d’en prendre l’hiver. Les prises varient entre 3000 et 5000UI/jour selon les individus et les situations décrites en haut ainsi que la latitude et le soleil présent pendant l’été.

Si la vitamine D3 est basse (<70ng/mL ou 100-120 nmol/L) en début de l’automne, il faut en prendre et mesurer en début d’hiver pour y remédier le plus vite possible en ajustant les doses ou en regardant la/les cause/s d’une telle baisse. A savoir que chez un individu dit « sain », la prise de 25-35ug /jour pendant 1 mois fait monter la vitamine D3 sanguine de  25 à 30 unités sanguines.

 

Le mieux est de privilégier la prise d’une vitamine D3 végétale au cours d’un repas gras.

Dans notre prochain article on parlera des rôles de la vitamine D3. En attendant, je vous invite à regarder un article précédant sur la thématique: https://www.humankindwellbeing.com/blog/articles/la-vitamine-a-et-la-vitamine-d


Articles similaires

Derniers articles

MYCOSE AU PIEDS ET LA "MAUVAISE HERBE"

Que manger quand je prends ma santé en main avec une alimentation cétogène / kéto?

La vitamine D3- partie ii

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.